Accueil
2travelandeat

Liste des différentes fêtes gourmandes ou foires gastronomiques en France pour toute l'année
Recettes spécial cèpes
Recettes spécial figues
Recettes spécial rose
Recettes spécial lavande
Recettes Confit de Vin
Recettes spécial  autruche, émeu
Recettes à base de foie gras de canard et d'oie
Recettes de cuisine spécial Halloween
chocolat show
Préparer un calendrier
de l 'avent en pain
d 'épice
Bricolages
Spécial Noël

 

 

Déco de Noël bonhomme de neige marque-place pour décorer vos assiettes.
 

Déco de Noël chandelles avec des amandes, bois, des pinces à linge et pommes de pin.
 

Couronne porte bougie  avec des amandes entières et de mini pommes de pin.
 

Plier une serviette de table en forme de sapin de Noël.
 

Plier une serviette de table en papier en forme de chemise.
 

Plier une serviette de table en papier en forme de smoking.
 

Plier une serviette de table en papier en forme de kimono.
 

Plier une serviette de table en papier en forme de cravate.

 

 

Préparer une maison en pain d'épices toute illuminée avec des vitres en bonbons

Préparer une couronne de Noël avec du pain
d'épices, des fleurs de coton des pommes de pin etc...

Préparer des gâteaux ou biscuits de Noël en papier mâché ou pâte à papier à suspendre sur le sapin de Noël

Pliage de serviettes de table en papier en forme de lotus

Pliage de serviettes de table en papier en forme de poinsettia

Pliage de serviettes de table en papier en forme de coeur

Pliage de serviettes de table en papier ou tissu en forme de sac à main

Ronds de serviette en feutrine en forme de chapeau

 

Mobile Calendrier de l'Avent en feutrine avec des petits coeurs
Mini moufle rond de serviette ou cachette pour bonbons

 

Réaliser de fleurs en feutrine comme des poinsettias à coller

Réaliser un mini sapin de Noël en feutrine pour déposer à côté de votre ordinateur de bureau

Recettes de cuisine
de l'est de la France
Recettes de cuisine
bretonne
Recettes de cuisine
Recettes de cuisine
du sud de la France
Recettes de cuisine
des Dom Tom
Les chocolatières
La pâtisserie Hermé 
Les épouvantails de nos jardins 
Les réclames de notre enfance ou publicités
affiches anciennes
 
Les catherinettes
1er Mai et le muguet porte-bonheur
L'origine de la fête des mères 
Fête Nationale Française
le 14 Juillet
Pour le plaisir voici un Dictionnaire
Créole français
Cliquer sur ce lien
 

Les bons produits des Dom Tom

La vanille

De l’espagnol Vainilla , vaina, signifiant gaine ou petit étui, . 

En 1518, Montezuna empereur aztèque chez les précolombiens du Mexique les " Fils du Soleil ", présenta au Conquistador Hernando Cortez, navigateur espagnol, un gobelet d’or rempli d’un délicieux chocolat aromatisé à la vanille. Les aztèques récoltaient alors des gousses produites naturellement par fécondation accidentelle ou providentielle de certains insectes. 

Plus tard, cette orchidée fit l’objet d’études par Francisco Fernandez, sous règne de Louis Philippe, par le Français Charles de l’Ecluse, et par l’apothicaire de la Reine Elisabeth d’Angleterre. Sous le règne de Louis XIV une bouture de la liane rapportée du Mexique fut plantée au jardin du roi devenu le Jardin des Plantes. Le capitaine de vaisseau Pierre-Henri Philibert (né le 24.1.1774) ramena de Cayenne des plants de Vanilla pompona Schiede.  Une bouture fut donnée à Bourbon au botaniste M. Perrotet en juin 1819. En 1832, l’ordonnateur Le Marchand, du temps du Gouverneur de Bourbon, Henri Saulces de Freycinet, introduisit les lianes de l’espèce V. planifolia du Mexique. Ces plants furent partagés entre le Jardin Colonial de Saint-Denis et M. Joseph Hubert. Celui-ci réalisa la première pépinière à Saint-Benoît au lieu dit " Bras de Mussard ". Vanille Bourbon, fut implantée dans le Nord-Est de Madagascar par des colons réunionnais installés dans la région d'Antalaha et de Sambava. 


La V. palmifolia ou fragans est d’un meilleur rendement que la V. pompona appelée " Vanille Banane ", culture quasi abandonnée. 

Le vanillier est une belle Orchidacée verte à lianes grimpantes épiphytes, à longs entre-nœuds, pourvues de nombreuses racines aériennes adventives, s’adhérant à des tuteurs d’où ils puisent leur nourriture. 
Les feuilles sont alternées, planes ovales en fer de lance, aiguës et charnues, 6 à 15 " balais " de fleurs par pied donnant chacun, de novembre à janvier, 5 à 6 fleurs blanc verdâtre, à odeur suave, hermaphrodites, à éléments reproducteurs disposés d’une façon complexe, les organes mâles et femelles sur la même fleur étant séparés par une petite lamelle membraneuse, appelé labellum, ce qui rend difficile la pollinisation par les insectes du genre " Melipona " et " Trigona " du Mexique qui n’ont pu résister à La Réunion. Déjà en 1836, le Professeur Charlers Mooren en Europe, tentait à
Liège la pollinisation de la vanilla palmifolia, et aurait réussi à obtenir des gousses.

Pollinisation : A La Réunion, en absence des dits insectes pollinisateurs, un jeune esclave un certain Edmond, jardinier de M. Féréol Beaumont Bellier de Villentroy, découvre le premier la pollinisation artificielle par un procédé simple, délicat, mais rentable. M. Féréol demandait à son serviteur : “ Edmond, par quelle magie as-tu réussi à féconder notre vanille ? Je n’arrive pas à comprendre comment ses fleurs jusqu’alors stériles se sont mises à enfanter de si belles gousses.” Il répondit en créole : 

“ Patron, ça la pas la magie. Moin, mi crois moin la réussi in simpl mariaz. Comme tout’ flèr, la vanille, lu aussi n’a in z’affaire mâle et in z’affaire femelle. Pour déchire son p’tit languette, moin la prend’ in z’épine raquette. A ster, avec dé doigts mi pése dessus pou lo dé z’affaire i colle ensemble ”. 

Cette découverte vaut à l’esclave le plein affranchissement et Edmond reçoit un nom patronymique puisqu’ émancipé par son maître, celui d’Albius , signifiant, ironie du sort, “Blanc” 

Cette découverte fut des plus importantes car c’est à partir de ce moment que la vanille pourra être cultivée non plus simplement que pour ses fleurs, mais pour ses gousses : 

Les premiers 50 kg de " Vanille Bourbon " qui aura plus tard son label, pourront être dès 1848, exportés vers la métropole. 50 ans plus tard en 1898, La Réunion en fournira 200 tonnes. 



La fécondation obligatoirement artificielle ou pollinisation manuelle doit être pratiquée pour chaque fleur ,très tôt le matin, la fleur éphémère ne durant que quelques heures. L’opération consiste à porter le pollen (les pollinies contenues dans le sac pollinique) au stigmate du pistil de l’organe femelle. C’est le travail quotidien des " fécondeuses " ou " marieuses " qui peuvent féconder 1000 à 1200 fleurs chaque matin. 

Pour se faire, à l’aide d’une aiguille faite de bambou, ou d’un épine d’oranger ou de " raquette ", on déchire la languette dite labellum, on soulève le capuchon de la colonne appelé rostellum, on fait glisser le labellum sous l’anthère, repoussant le rostellum contre le gynostème et avec le pouce et l’index on appuie légèrement l’anthère pour mettre en contact le pollen et le stigmate fécondant ainsi les ovules contenues dans l’ovaire. 

Au bout de 6 semaines la fleur se transforme en une gousse de 15 à 20 cm, mais il faut attendre encore 6 à 8 mois pour que la gousse verte avant qu’elle n’arrive à maturité, jaunâtre et striée. La cueillette se fait dès juin et s’échelonne sur 3 mois. Les vanilliers de pleine récolte, de 3 à 12 ans, portent 2 à 10 " balais " de 10 gousses chacun et il faut 4 kg 250 de vanille verte pour obtenir 1 kg de vanille commercialisable. 

Il est de coutume qu’avant la maturité et la cueillette, de poinçonner sur pied chaque gousse. Au moyen d’un poinçon fait d’un morceau de liège hérissé de pointes très fines et courtes de 1 mm pour ne pas pénétrer profondément dans la gousse. L’apposition de ce sceau aux initiales du propriétaire de la vanilleraie a pour effet de reconnaître sa propre vanille, d’être en règle avec les services des " Eaux et Forêts ", et surtout d’en empêcher les vols. 

La préparation de vanille : Parvenue enfin à la coopérative, la vanille devra subir de nombreuses et longues étapes de préparation s’échelonnant sur une année environ : 

- l'échaudage ou " mortification " la vanille verte est ébouillantée pendant 1 à 3 minutes dans un bain d’eau chaude à 65 °. 

- l'étuvage en caisson capitonné de laine où elle prend la couleur marron-chocolat tout en perdant son eau. Cette opération qui dure une nuit se faisait jadis la journée au soleil, sous des couvertures de laine. C’est pendant cette période d’étuvage ou " stuvage " permettant la fermentation qu’il faut déjà surveiller s’il n’y a pas début de moisissure. 

Le séchage lui-même se fait en trois étapes consécutives : 

- pendant 7 jours et à raison de 3 fois par jour, la vanille est mise à sécher au four à température de 65° (à Madagascar fut crée un séchoir métallique à air chaud, à variation de température et de durée de dessiccation calculée avec chauffage et circulation d’air), - pendant 7 jours et 3 à 5 heures par jour au soleil, - pendant 30 jours consécutifs, dans un local aéré à l’ombre, disposée sur des claies ; 

- la mise en malles après séchage et pendant 8 mois de la vanille, avec un fois par semaine contrôle de l’état des gousses, par une par une. C’est lors de cette étape que se caractérise le délicieux parfum ; 

- le calibrage des gousses qui sont mesurées et classées suivant leur taille, elles sont mises en bottes ou " bottillons " de 250 grammes et placées dans des malles en fer-blanc, pour qu’elles ne perdent pas leur arôme. 

Pour le conditionnement, les gousses sont vendues sous différentes présentations : en paquets de quelques gousses ou tressées en forme de sujets divers : ancre marine, carafon, fleur, poisson... On en fait également de la vanille en poudre et de l’extrait naturel, riche en vanilline, principe contenu dans les fines graines. 

Jadis on trouvait 3 sortes de vanilles dans le commerce : Le Lex ou " Légitime " ou " Vanille givrée " la plus belle, brillante, charnue et couverte de petits cristaux blancs ; la " Bâtarde " dite " Simarona " moins charnue, moins givrée et moins aromatique ; le " Vanillon " c’était la gousse mal venue à odeur forte provenant souvent de la " Vanille Banane " (V. pompona de la Guadeloupe : V. pompona Schiede à fleur jaunâtre). 

La vanille est utilisée dans la pâtisserie : confiserie, biscuiterie, chocolaterie, dans la fabrication de liqueurs et de sirops, et en général pour aromatiser tous les mets sucrés, sans oublier le " p‘tit rhum arrangé ". 

Dans l’industrie des parfums, le principe de base est utilisé dans la fabrication des et des eaux de toilette. L’huile essentielle dite de synthèse, sert en cuisine et aussi en phyto-aromathérapie, avec des produits de massage de relaxation. 

Suivez nous sur: Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
Recherche personnalisée
Visiter notre nouveau site de vente d'habits de poupées.
Création d'habits de poupées.
www.madebylolo.com