Accueil
2travelandeat

 

Le vélogemel
Les recettes de la cuisine suisse

Le coucou Suisse 

Pour arrêter le Coucou, cliquez ici

Nous nous sommes rendus à Genève au Centre International de Documentation sur l' horlogerie pour prendre de l information au sujet des coucous suisses.  www.worldtempus.com

Ce ne fut pas une tâche facile mais on a pu trouver des indications expliquant l 'origine. 

Il semblerait qu au tout début les premiers coucous proviennent de la forêt noire et qu'avec le temps ils arrivèrent en France et bien sûr en Suisse.

L'histoire de la fabrication d'horloge dans la forêt noire débuta vers 1630. Les habitants de la forêt noire ont toujours travaillé et sculpté le bois en utilisant le bois local qui était une des seule ressources naturelles de cette région. Le travail du bois se faisant surtout en hiver lorsque la neige empêchait les déplacements et confinait les habitants dans leur maisons.

Vers 1630 un commerçant de la forêt noire, lors de son retour de voyage de l'étranger, revint avec une horloge, qu on suppose provenir du pays de Bohème, (aujourd'hui la république Tchèque).
Un paysan, à qui il montra son horloge fut tellement impressionné par ce mécanisme précis qui gardait l'heure mieux que tout ce qu il connaissait avant, décida de construire lui même une horloge. C'est de là que débuta la tradition de fabrication des horloges dans ce pays.
Et il faut savoir qu'à cette époque, les gens n utilisaient que les cadrans solaires ou les sabliers pour avoir une idée de l heure. 

Les première horloges étaient rudimentaires, Les mécanismes étaient faits en bois, et à la place du pendule, une pièce de bois appelé "Waag" était placé au dessus du cadran et se déplaçait d'en avant vers en arrière.

La plupart des habitants fabricants d horloges n'étaient pas de riches fermiers mais plutôt les "Häuslers"(paysans sans famille et sans terre). Dans la tradition de la forêt noire, uniquement le fils aîné héritait de la ferme. Ses frères obtenaient seulement une parcelle de terrain. Ces "Häuslers" devaient alors travailler pour d'autres fermiers pour survivre pendant les longs mois d'hiver. La fabrication des horloges était une manière pour eux d'ajouter un petit revenu à leur maigre salaire. En 1690, une industrie de fabrication d'Horloges se développa toujours dans la région de la Haute Forêt Noire.

Pendule typique de la forêt noire Cadran laqué avec motifs populaires seconde moitié du XVIIIsiècle faisant 46, 5 cm .

Les habitants de la forêt noire continuèrent d'améliorer leur techniques.
Les vendeurs itinérants d'horloges lors de voyages dans des régions avoisinantes, apprenaient alors de nouvelles techniques. En 1712, Friedrich Dilger, du petit village de Urach, partit en France pour une année complète. Il revint avec de nouvelles idées et de nouveaux outils qu'il utilisa dans la fabrication.

Au fil du temps, les habitants se spécialisèrent dans les différentes phases de fabrication des horloges. Il y eut les sculpteurs de bois, les menuisiers fabriquaient les compartiment ou boîtiers, les peintres les décorer (à cette époque, les horloges étaient plates et peintes et ressemblaient beaucoup aux horloges d'aujourd'hui montés sur les murs) et finalement des fabricants de chaînes et roues crantées fabriquaient les mécanismes.

Certaines horloges étaient faites avec des figurines en mouvement
comme parc exemple un couple de danseurs.
En 1738 Franz Ketterer du Village de Schönwald fut le premier à fabriquer un ""coucou"" pour ses horloges.
A cette époque, de grandes horloges d'artistes étaient montés avec un coq dans les villes de Prague, Heilbronn, Berne et Strasbourg. 
Peut-être que que c est de là que Franz Ketterer eut l idée de recréer le son du coq ? 
Mais reproduire le chant du coq dans une petite horloge était très difficile. 
Donc pour simplifier la tâche, il abrégea cocorico par coucou. Il était reproduit en utilisant deux soufflets qui en envoyant de l'air dans un tuyau faisait "coucou". Une technologie similaire était utilisé dans les 
orgues d'églises. 

Donc, les horloges de Ketterer étaient les premières à avoir le coucou derrière de petites portes qui s'ouvrent aux demi-heures et aux heures.

L'horlogerie prit de l'ampleur dans la forêt noire. Cette région étant assez pauvre. Il est connu qu'en 1808 à Triberg, un des villages avoisinant, 790 des 9013 habitants étaient impliqués dans la fabrication des horloges. En 1850, le Duc de Baden créa une école d'horlogerie à Furtwangen, où les étudiants apprenaient les mathématiques et le dessin pour la fabrication des mécanismes et la décorations de boîtiers.

L'horloge la plus célèbre de la forêt noire est "L'horloge de temps universel" qui a été construite en 1787. 
Elle se trouve au musée de l'Horlogerie Allemande de Furtwangen.

Voici un autre texte expliquant les débuts des coucous :

L'industrie des horloges à rouage en bois était en général liée à la boissellerie, et aussi, dans certains cas à la bimbeloterie. Porteur d horloge en Forêt noire Elle fut pratiquée presque exclusivement dans la Forêt Noire en Allemagne, dans le Bôhmerwald à l'ouest du plateau de Bohême, mais aussi en Suisse.
A Saint-Gall, en 1717 éclata un conflit entre les faiseurs d'horloges en fer et les faiseurs d horloges en bois. Cette usage était aussi en usage dans l'Appenzell dans le Toggenbourg et même en pays neuchâteulois, au Val de Ruz cela jusque vers 1800.

Développée lentement dans la Forêt noire dès la seconde moitié du XVIIe siècle, cette branche de l'horlogerie était déjà prospère en divers endroits et les artisans du pays lui avaient apporté de réelles améliorations, remplaçant pour certains organes essentiels le bois par le fer et par le laiton.
Pendant très longtemps, l horlogerie demeura en cette contrée une industrie domestique.

En 1858, à propos d une exposition à Willigen un reporter décrivait comme suit un atelier d horlogerie :
""Vous entrez dans une maison de bois couverte de chaume, au large balcon. Les hommes sont occupés à scier le bois, à découper les cages des horloges, à livrer les roues à enrouler les cordes sur les cylindres, à attacher les poids, à peindre des chiffres et des arabesques sur les cadrans, à disposer les tuyaux et les rouages des horloges à musique. Les femmes aussi manient la lime et le ciseau. Ces braves gens ne descendent presque jamais de leurs
montagnes, ils ne connaissent pas les plaisirs des villes, et leur seule récréation consiste à danser le dimanche aux sons de la musique de l horloge... 

Le commerce des horloges se fait en grand et en petit. Les petits industriels vendent eux-mêmes leurs marchandises. Quand ils ont un certain approvisionnement d horloges, ils le chargent sur le dos et parcourent les villes en les faisant sonner et chanter coucou.""

Très tôt on ajouta à ces horloges divers mécanismes de musique (carillons, tympanons, clavecins, jeux de flûtes, à l'instar des horlogers d'Augsbourg et de Nuremberg) et peu à peu aussi des automates, à commencer par le coucou chantant, inventé vers 1730.

Dans tous les cas, des millions de coucous sont vendus à travers le monde et le savoir faire des horlogers suisses n est plus à prouver.

Voilà pour ces petites précisions c 'était un petit coucou pour rendre hommage aux coucous :-)

Suivez nous sur: Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
Recherche personnalisée